http://perso.orange.fr/aplg/

En hommage reconnaissant

à Jean-Pierre Vernant et Pierre Vidal-Naquet

     

"Parce que c'était lui, parce que c'était moi…"

Propos de Jean-Pierre Vernant
pour la cérémonie d'hommage à Pierre Vidal-Naquet
organisée à la BnF le 10 novembre 2006


Jean-Pierre Vernant (4 janvier 1914-9 janvier 2007)
Pierre Vidal-Naquet  (23 juillet 1930-29 juillet 2006)

 

Le 12 juillet 2007, le Conseil régional d'Ile-de-France décidait de donner sle noml de Jean-Pierre Vernant au lycée de Sèvres, ville où il a habité pendant près de 60 ans. Une cérémonie a eu lieu au lycée Jean-Pierre Vernant le 21 novembre. La CNARELA y a été invitée.

A cette occasion, Odile Mortier-Waldschmidt, présidente d'honneur de la CNARELA (Coordination nationale des associations régionales des enseignants de langues anciennes), rappelle quelques aspects du long combat de Jean-Pierre Vernant pour la défense de l'enseignement des langues anciennes

Lire ce document

 

Publication récente : Jean-Pierre Vernant, Œuvres, Religions, rationalités, politique : les éditions du Seuil réunissent dans un coffret de deux volumes des ouvrages majeurs de Jean-Pierre Vernant.

 

La Bibliothèque Nationale de France a accueilli le vendredi 30 mars 2007 une journée d'hommage à Jean-Pierre Vernant, comme elle l'avait fait pour Pierre Vidal-Naquet le 10 novembre 2006

Elle a mis en ligne des bibliographies
pour Pierre Vidal-Naquet :
http://www.bnf.fr/pages/catalog/rtf/vidal-naquet.rtf
pour Jean- Pierre Vernant :
http://www.bnf.fr/pages/catalog/rtf/vernant.rtf
 
La sixième édition des Journées de l'Antiquité dans la Région des Pays de la Loire a été dédiée à la mémoire de Pierre Vidal-Naquet et de Jean-Pierre Vernant.
 
Ces Journées de l'Antiquité ont accueilli un Hommage à Jean-Pierre Vernant, le samedi 24 mars 2007 dans l'auditorium du musée départemental Dobrée à Nantes.
 

 

   

 

Jean-Pierre Vernant,

le rayonnement d'un maître fraternel


 

Jean-Pierre Vernant était un homme d'un rayonnement exceptionnel et d'une générosité lumineuse. Il a renouvelé de façon magnifique nos regards sur la Grèce antique. Il avait le don du partage, du travail solidaire. Il a entraîné des générations de philosophes, d'historiens, de littéraires sur de nouveaux chemins intellectuels.

Il avait rencontré un frère en Pierre Vidal-Naquet, avec qui il a rédigé des livres majeurs. Pierre Vidal-Naquet est mort le 29 juillet 2006.

Jean-Pierre Vernant a fondé en 1964 le Centre Louis Gernet (Recherches comparées sur les sociétés anciennes), dirigé après lui par Pierre Vidal-Naquet, François Hartog, François Lissarrague et actuellement François de Polignac.

Ce Centre est depuis quarante ans un des lieux les plus vivants des études consacrées à l'antiquité.

L'APLG rend un hommage très ému, mais très chaleureux, à ce grand helléniste, qui fut aussi un grand résistant, et qui était un homme d'amitié comme il en est peu.

Sa disparation laisse en nous un vide bien douloureux. Mais son intelligence et son humanité continueront à nous éclairer.

 

 

Notice biographique et bibliographique sur le site du Collège de France

 

Sur le site de la Télévision suisse romande, huit vidéos d'entretiens avec Jean-Pierre Vernant :

              http://archives.tsr.ch/dossier-vernant 

Sujets des huits entretiens : le début de l'univers, la guerre des dieux, Prométhée, la guerre de Troie, l'épopée d'Ulysse, la mort de Méduse, Dionysos, Oedipe.

 

Canal-U et les Amphis de France 5 :

En hommage à Jean-Pierre Vernant, grand résistant et helléniste, Canal-U et les Amphis de France
proposent de visionner la conférence de Jean-Pierre Vernant : "
La Grèce Antique et nous".
Dans cette conférence, Jean-Pierre Vernant livre à la fois les raisons de son parcours personnel et les clés pour comprendre ce qu'était un homme grec antique, si différent de nous dans son rapport au monde, au divin et à lui-même.
 
 

Hommage de France Culture

Emission spéciale, diffusée le dimanche 14 janvier 2007 de 16h à 22h, par Emmanuel Laurentin
et toujours en ligne sur le site de France-Culture

Jean-Pierre Vernant et la Grèce

  • le mythe d'Ouranos, les lundis de l'histoire, 1969
  • Jean-Pierre Vernant parle du mythe chez les Grecs, archives 1963
  • entretien avec Georges Charbonnier
  • à l'occasion de la publication du livre Les Ruses de l'intelligence, la métis des Grecs écrit avec Marcel Détienne
  • le mythe d'Ouranos, le bon plaisir, 1994
  • entretien avec Jacques Lacarrière, à propos de Prométhée
  • les chemins de la connaissance, 1981

    L'homme Jean-Pierre Vernant

  • Le bon plaisir, 1994 sur la résistance
  • A voix nue, 1997
  • entretien inédit avec Dupré
  • entretien avec Francesca Isidori, Affinités électives, déc. 2006
  • entretiens avec Jacques Legoff, A voix nue, 2004
  •  
  • conférence inédite enregistrée en octobre 2006 à Aubervilliers dans le cadre d'une délocalisation du Collège de France 

    Autres emissions de radio à écouter en ligne
    œuvres de Jean-Pierre Vernant
    sites internet

 

 

Dans la presse :

Le Monde, 10 janvier 2007 : Jean-Pierre Vernant, grand résistant et helléniste, est mort

Sur le site de l'Express, 10 janvier
Vernant, "celui qui nous a tout appris"  Vidéo de François Busnel, rédacteur en chef du service Livres de L'Express et directeur de la rédaction de Lire, revient sur la vie et l'œuvre de Jean-Pierre Vernant, qui fut son professeur. Et articles.

Libération : jeudi 11 janvier 2007 : Jean-Pierre Vernant, fin de l'Odyssée  

Sur le site de Télérama, la remise en ligne d'un Portrait réalisé en juillet 2004,
-avec un commentaire audio de Daniel Conrod qui réagit à la disparition de Jean-Pierre Vernant.

 

LE MONDE DES LIVRES édition du 12.01.07

La disparition de Jean-Pierre Vernant (Le Monde du 11 janvier) laisse un vide d'autant plus sensible qu'elle suit de peu celle de son ami et complice Pierre Vidal-Naquet, le 28 juillet 2006. Quatre spécialistes des civilisations antiques - Charles Malamoud, Claude Mossé, Eva Cantarella et François Lissarrague - témoignent de la singularité du savant et de son humanité exceptionnelle en se pliant aux règles d'un questionnaire concis.

Comment avez-vous rencontré Vernant, l'homme comme l'oeuvre ?

Charles Malamoud : C'est par Pierre Vidal-Naquet que j'ai connu les écrits de Jean-Pierre Vernant dans les années 1965-1966. Jean-Pierre Vernant, c'est aussi grâce à Pierre que je l'ai rencontré. En Mai 68, à la Sorbonne. Je dois dire qu'après la mort de Pierre Vidal-Naquet cet été, après la disparition de Vernant mardi, j'ai le sentiment que mes points d'appui se dérobent, que je suis cerné par le néant, ou du moins que je suis désormais un survivant. Nous allons nous ressaisir et nous dire que ce XXe siècle d'épouvante a eu aussi sa grandeur tragique puisqu'il a produit des témoins, des penseurs comme ceux qui viennent d'entrer dans l'histoire. Vernant était mon aîné de quinze ans : il avait donc pour moi le statut et la stature d'un maître ; de plus il avait été acteur et combattant pendant cette guerre qu'enfant je n'avais fait que subir. Pour moi le maître était donc aussi une figure héroïque et un homme étonnamment doué pour le bonheur. Un bonheur dont l'amitié était une composante essentielle.

Claude Mossé : La première fois que j'ai rencontré Jean-Pierre Vernant, c'était dans le bureau de mon directeur de thèse, André Aymard. Je le connaissais comme un grand résistant et aussi comme un communiste atypique à travers ses articles de l'hebdomadaire Action. Je découvris alors qu'il s'intéressait aussi à la Grèce en préparant une thèse sur le travail en Grèce. Bien qu'alors enseignant en province, j'eus l'occasion de le rencontrer plusieurs fois, mais l'une de ces rencontres eut sur moi un effet extraordinaire. Car, à partir d'un article de Charles Parain sur la lutte des classes dans l'Antiquité, il évoqua ma thèse qui venait de paraître et en fit en quelques mots une analyse qui me laissa éblouie tant il me faisait dire des choses intelligentes. Ce fut le début de ce qui allait devenir une grande amitié et en même temps l'origine du Centre de recherches comparées sur les sociétés anciennes.

Eva Cantarella : J'ai rencontré Vernant à travers son oeuvre, avant de le rencontrer personnellement. La lecture de Mythe et pensée chez les Grecs, en 1965, a été foudroyante. Ce n'était pas un simple livre, c'était un programme de recherche, une invitation à approcher les Grecs d'une façon nouvelle, dont les antiquisants - surtout les plus jeunes - avaient besoin pour sortir de ce qui paraissait alors comme une sorte de sclérose des études classiques. Ce que proposait Vernant était un "retour aux Grecs". Bien sûr, pas les Grecs "du miracle", mais l'homme grec, cet homme "que l'on ne peut pas séparer du cadre social et intellectuel dont il est à la fois le créateur et le produit". C'était la promesse d'une histoire intérieure liée à l'histoire des civilisations. J'ai fait sa connaissance, en 1980, à l'occasion du séjour à Paris d'un autre grand savant, aujourd'hui disparu, Arnaldo Momigliano. Cette rencontre fut un nouveau foudroiement : autant que le savant, l'homme était extraordinaire. Ce qui n'arrive pas souvent...

François Lissarrague : J'ai lu Les Origines de la pensée grecque en 1969, sur le conseil de François Aron, qui recommandait aux étudiants d'"agreg" de le lire mais de ne pas le citer dans les copies. Plus tard, j'ai suivi les cours de "Jipé" au Collège de France quand j'ai été nommé en lycée à Paris.

(…)

Personnellement, de quoi vous sentez-vous redevable envers lui ?

Ch. Ma. : Je n'en finirai pas de reconnaître mes dettes à son égard. Ma dette intellectuelle, je l'ai esquissée. Ma dette personnelle peut se résumer ainsi. Son intervention a été décisive dans mon élection à la Ve section de l'EPHE. Plusieurs de mes travaux parmi ceux qui ont le plus compté pour moi ont été d'abord présentés sous forme d'exposés au séminaire de Vernant, notamment mes idées sur les honoraires sacrificiels, sur les mythes fondateurs de la société divine, sur les représentations et spéculations concernant le corps des dieux. L'attention avec laquelle Vernant écoutait, l'art qu'il avait de résumer ce que j'avais dit en lui donnant une profondeur que je ne soupçonnais pas sont pour moi à la fois un modèle et un souvenir infiniment précieux.

Cl. Mo. : J'évoquais l'impression que me fit la façon dont Vernant avait su dégager de ma thèse des analyses que je n'avais fait qu'entrevoir. Depuis, je n'ai cessé de le lire et d'apporter à ce qui au départ relevait de ma part d'un marxisme un peu élémentaire et d'une démarche d'historienne traditionnelle les nuances nécessaires pour mettre en particulier en lumière les contradictions d'un système politique sans équivalent dans les autres mondes anciens, à savoir la démocratie.

E. C. : Je me sens envers lui redevable de bien des choses. Entre autres, de m'avoir aidée à découvrir l'altérité : pas seulement celle des Grecs, mais aussi celle des Romains. L'apport de ses travaux a largement dépassé le seul monde des spécialistes de la Grèce, il a été fondamental pour tous ceux qui travaillent sur le monde ancien, quelle que soit leur spécialité. En ce qui me concerne, grâce à lui, j'ai pu approcher les textes juridiques romains "en me dépaysant", et j'ai découvert un droit romain bien plus intéressant que celui qu'on m'avait appris dans une perspective "présentiste" (cette historicisation d'un présent qui se suffit à lui-même, comme le définit François Hartog), c'est-à-dire le droit romain nécessaire pour être avocat aujourd'hui.

F. L. : Outre qu'il m'a ouvert les yeux et l'esprit, il a été un merveilleux lecteur, un auditeur qui a su me faire comprendre ce que j'essayais de faire maladroitement. Attentif à chacun, quel qu'il soit, sans distinction de hiérarchie et de pouvoir, il nous a mis en situation d'égalité et nous a, collectivement, associés à son aventure grecque

 

Charles Malamoud est directeur d'études honoraire à la section des sciences religieuses de l'Ecole pratique des hautes études. Derniers livres parus : Féminité de la parole. Etudes sur l'Inde ancienne (Albin Michel, 2005), et La Danse des pierres (Seuil, 2005).

Claude Mossé est professeur émérite de l'université Paris-VIII où elle enseigna l'histoire grecque. Dernier livre paru : Périclès. L'inventeur de la démocratie (Payot, 2005).

Eva Cantarella est professeur de droit grec et de droit romain à l'université de Milan. Dernier ouvrage paru en français : Ithaque. De la vengeance d'Ulysse à la naissance du droit (Albin Michel, 2003).

François Lissarrague est directeur d'études à l'EHESS en anthropologie historique. Dernier ouvrage paru : Vases grecs. Les Athéniens et leurs images (éd. Hazan, 1999).

Propos recueillis par Philippe-Jean Catinchi

 

 

   

 

 / Actualité

 

   

 

 
   

 

Pierre Vidal-Naquet,
la passion de la justice et de la vérité


AFP Photo prise le 6 décembre 2000 à Paris

 
http://www.pierre-vidal-naquet.net : Un site pour Pierre Vidal-Naquet

Un groupe d'amis de Pierre Vidal-Naquet (1930-2006) a pris l'initiative d'ouvrir ce site, en octobre 2006, pour rendre hommage à l'historien disparu le 29 juillet 2006. La première mission qu'ils se sont assignée -en plein accord avec la famille de Pierre Vidal-Naquet - est d'organiser (avec le soutien de diverses institutions) une journée d'hommage, le 10 novembre 2006, à la Bibliothèque nationale de France, à Paris.

Sur le site sont présentés : la bibliographie de Pierre Vidal-Naquet ; sa biographie à travers les articles de presse publiés après son décès ; des hommages de ses amis.

Ce site est amené à s'enrichir ultérieurement d'autres documents, et à rendre compte d'autres initiatives autour de la figure de ce grand historien de la Grèce ancienne, qui fut aussi, tout au long de sa vie, un intellectuel engagé dans les débats du siècle.

Élisabeth Allès (CNRS), Jean-Christophe Attias (EPHE), Esther Benbassa (CNRS), Jacques Brunschwig, Hélène Monsacré (Éditions Albin Michel), Zoé Castoriadis (Association Castoriadis), Denis Gazquez (BNF), François Gèze (La Découverte), François Hartog (EHESS), Pierre Judet de la Combe (EHESS), Emmanuel Laurentin (France-Culture), Gilles Manceron (Ligue des droits de l'homme), Olivier Mongin (Esprit), Marc-Olivier Padis (Esprit), Vincent Rebérioux (Ligue des droits de l'homme), Agnès Saal (BNF), Alain Schnapp (Université Paris-I), Abraham Ségal (« Trop, c'est trop ! »), Dominique Vidal (Le Monde diplomatique).
 
 

Quelques-uns des nombreux articles
écrits en hommage en Pierre Vidal-Naquet ces dernières semaines.
Encore disponibles en ligne :

Libération   Le Figaro   L'Humanité   La Croix   Politis     Ligue des droits de l'homme

 L'Histoire    L'Histoire a mis en ligne les articles que la revue a consacrés à Pierre Vidal-Naquet

 

 

Les livres de Pierre Vidal Naquet

Sur la Grèce antique, le livre le plus important peut-être, qui réunit des articles majeurs :
Le Chasseur noir - Formes de pensées et formes de société dans le monde grec, Maspero, 1983, La Découverte, 1991, 2005

 

L'Affaire Audin 1957-1958, Minuit, 1958, édition augmentée, Minuit, 1989.

La Raison d'État, Minuit, 1962; La Découverte, 2002.

Clisthène l'Athénien, avec Pierre Lévêque, Belles Lettres, 1964, rééd. Macula, 1998.

Le Bordereau d'ensemencement dans l'Égypte ptolémaïque, Bruxelles, Fondation égyptologique Reine-Élisabeth, 1967.

Journal de la commune étudiante (avec Alain Schnapp), Le Seuil, 1969;  Le Seuil, 1988.

« Flavius Joseph ou du bon usage de la trahison » préface à La Guerre des Juifs de Flavius Joseph, trad. de Pierre Savinel, Minuit, 1976.

Les Crimes de l'armée française, Algérie 1954-1962, Maspero 1972, rééd. La Découverte, 2001.

La Torture dans la République, essai d'histoire et de politique contemporaine, 1954-1962, Minuit, 1972; Maspero, 1975; La Découverte, 1983; Minuit, 1998.

Économies et Sociétés en Grèce ancienne (avec Michel Austin), Armand Colin, 1972, 7e éd. 1996.

Mythe et Tragédie en Grèce ancienne (avec Jean-Pierre Vernant), Maspero, 1972; rééd. sous le titre Mythe et Tragédie-Un.

Le Chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Maspero, 1983 et La Découverte, 1991, 2005.

Mythe et Tragédie en Grèce ancienne-Deux, avec Jean-Pierre Vernant, 1986; 1995; La Découverte & Syros, 2001.

« Flavius Arrien entre deux mondes » dans Histoire d'Alexandre d'Arrien, Minuit, 1984.

Les Assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme, La Découverte, 1987; Le Seuil, coll. « Points Essais », 1995; La Découverte, Paris, 2005.

Atlas historique (sous la direction de), Hachette, 1987 ; 1992.

Oedipe et ses mythes, avec Jean-Pierre Vernant, Complexe 1988, rééd. 2006. Face à la raison d'État, La Découverte, 1989.

La Démocratie grecque vue d'ailleurs. Essais d'historiographie ancienne et moderne, Flammarion, 1990 et 1996.

Les Juifs, la Mémoire et le Présent, t. I et II, La Découverte, 1991 ; Le Seuil, coll. « Point Essais », 1995 (en un volume).

La Grèce ancienne (avec Jean-Pierre Vernant) I : Du mythe à la raison ; II : L'Espace et le Temps; III : Rites de passage et Transgressions, Le Seuil, 1990-1992.

Le Trait empoisonné, réflexions sur l'affaire Jean Moulin, La Découverte, 1993.

Réflexion sur le génocide. Les Juifs, la mémoire et le présent, t. III, La Découverte, 1995; 10/18, 2004.

Mémoires, I : La Brisure et l'Attente, 1930-1955, Le Seuil/La Découverte, 1995.

Mémoires, II : Le Trouble et la Lumière, 1955-1998, Le Seuil/La Découverte, 1998.

Les Grecs, les Historien et la Démocratie, La Découverte, 2000.

Le Grand écart, La Découverte, 2000.

Le Monde d'Homère, Perrin, 2000.

Le Miroir brisé, tragédie athénienne et politique, Les Belles Lettres, 2002.

Fragments sur l'art antique, Noêsis, 2002.

Le Choix de l'histoire, Pourquoi et comment je suis devenu historien, Arléa, 2004

Démocratie, citoyenneté et héritage gréco-romain, avec Elisabeth Brisson, Jean-Paul Brisson et Jean-Pierre Vernant, Liris, 2004.

L'Atlantide : petite histoire d'un mythe platonicien, Les Belles Lettres, 2005.

La Guerre des Juifs, Bayard, 2005.

 

  Un livre consacré à Pierre Vidal-Naquet, rassemblant des articles de ceux qui l'ont côtoyé :

Pierre Vidal-Naquet, un historien dans la cité, dir. Pauline Schmitt, Alain Schnapp, François Hartog, La Découverte, 1998.

  aux éditions La Découverte, François Hartog, Vidal-Naquet, historien en personne. L'homme-mémoire et le moment-mémoire.

  Sur le site des éditions La Découverte : des compléments (tables des matières, textes de préfaces …)

Voir aussi la bibliographie sur le site de la revue L'Histoire.
 L'Histoire
a mis en ligne les
articles que la revue a consacrés à Pierre Vidal-Naquet

 

 

   



 / Actualité

Pour retouver la page d'accueil de ce site :
ouvrir dans une nouvelle fenêtre
http://perso.orange.fr/aplg/